Archives de Tag: injonction

A qui profite le pardon ?

[Avertissement de contenu : viol et injonctions faites aux victimes]

Depuis longtemps déjà, les féministes cherchent à montrer que le viol n’est pas le fait de monstres isolés mais d’individus socialisés, de monsieur-tout-le-monde, d’hommes, de pères, de frères, de maris, de petits copains. Il semblerait que certains aient compris de ce discours qu’il fallait rappeler qu’ils sont des êtres humains et qu’à ce titre ils peuvent faire des erreurs et qu’ils ne faut surtout pas essentialiser ces erreurs pour ne les décrire que par leur crime et en faire des VIOLEURS.

Je dois avouer que je suis assez perplexe face à ces injonctions à l’humanisation, au pardon des violeurs dans une société où 98 % des viols n’ont aucune conséquence sur ceux qui les perpétuent. Je ne prends pas ici la défense du système judiciaire et pénitentiaire. Je pose simplement la question, dans cette société où le viol est un acte sans conséquence pour le coupable, à qui profite ce pardon ? Probablement pas aux victimes.

Quelle est la portée politique de cet encouragement au pardon individuel de la victime à son violeur ? Alors que la lutte féministe cherche à dessiner les parallèles, à montrer les similitudes, à dessiner ce qu’on appelle la culture du viol, on voudrait nous faire croire que la solution ultime serait dans l’hyper-individualisation. On cherche à démontrer que c’est en réduisant le viol au violeur et à sa victime qu’on peut trouver une résolution qui ne passerait que par la relation entre eux et pas dans la manière dont cette relation s’inscrit dans la société. Finalement plus besoin d’arranger l’accueil des victimes par les médecins ou par les forces de l’ordre, plus besoin de proposer d’améliorer l’accès aux soins des victimes, plus besoin de réformer l’éducation des enfants, des adolescents, la solution est à moindre coût et surtout elle dédouane la société de sa responsabilité.

Plus encore, on essaie de nous faire croire que ce pardon, cette humanisation du violeur va à contre-courant de ce que la société propose. Alors même que nous luttons tous les jours contre une culture du viol qui cherche à excuser le violeur1, alors même que la parole des victimes est écoutée, amplifiée et glorifiée quand elle pardonne à son violeur2, on nous explique qu’humaniser le violeur est exceptionnel. Qu’une victime choisisse de pardonner à son violeur, qu’elle choisisse de s’exprimer avec lui, c’est son choix. Il est cependant de la responsabilité de ceux qui vont relayer cette parole de la remettre en perspective, d’écrire par exemple les conditions qui ont permis l’impunité du violeur, de contextualiser en expliquant comment la société a créé les conditions qui ont rendu le viol possible. Il faut expliquer comment la société produit des violeurs. Relayer cette parole et notamment la parole d’un violeur sans cette mise en contexte, c’est extrêmement grave.

Plus encore, il y a une grande différence entre une victime qui se lance dans un processus de justice réparatrice et la glorification médiatique du pardon vu comme seul horizon salvateur pour la victime.

Je ne souhaite pas tomber dans les travers de ce que je dénonce et m’appesantir sur l’aspect personnel du viol. Cependant, il faut le préciser glorifier le pardon d’une victime pour son violeur comme quelque chose d’exceptionnel c’est méconnaitre absolument ce que peuvent ressentir les victimes de viol. Idéaliser le pardon comme solution c’est seulement ajouter une injonction à la liste de celles qu’elles subissent déjà.

1L’exemple médiatique le plus récent qui n’est certainement pas le seul est cet article de france info sur le policier accusé du viol de Théo.

2Là encore l’exemple le plus médiatique est celui de Samantha Geimer dont on rappelle à chaque soubresaut de l’affaire Roman Polanski qu’elle lui a pardonné et qu’on ferait bien d’en faire autant.

Publicités
Tagué , , ,

Jouir sans entrave du Pays de Candy

Y’a de la virilité dans ses paillettes et de l’agressivité dans ses talons de 12.

La fem-ité crée de la puissance dans les codes féminins.
Puissance d’autant plus renforcée qu’elle te sortirait de l’invisibilité, le Grâal de la fem.
On veut gagner sur tous les plans, clouer le bec de tout le monde, tordre le cou de tous les clichés : ceux qui veulent que tu sois docile parce que meuf, masculine parce que gouine, idiote parce que féminine. On pirate le sens du féminin, on retire de la puissance de ce qui est précisément conçu pour nous maintenir au sol.

Fermer la gueule des mecs, je crois qu’on se débrouille bien. On est des bombasses agressives et vulgaires qu’ils n’auront jamais. Et puis on ne leur doit rien, on a besoin d’eux pour rien.

Par contre, là, ce qu’on avait pas vu venir et qui schlingue carrément, ce sont les féministes hétéros qui nous prennent pour des dindes parce qu’on est féminines – donc plus oppressées qu’elles par le patriarcat. Faudrait voir à pas oublier que ce sont elles qui s’engagent dans une vie entière à se coltiner un ou des mecs, elles qui décident de relationner et de se foutre dans un micmac incroyable d’injonctions, de contradictions, de compromis, bref d’emmerdes. Bon courage à elles. Parait qu’on est féminines “pour les autres”, comprendre “pour les mecs”. Rien que ce raccourci pue la misogynie. Ah ces féministes hétéro qui rient grassement avec toi quand tu parles de poils mais te traitent comme un clébard nerveusement accroché à leur jambe quand tu défends ta féminité. Celles qui critiquent les Femen pour leur nudité. Celles qui grimacent dès qu’une meuf un peu trop apprêtée vient leur faire la leçon.

(petite digression pédagogique)
Ce qu’on qualifie traditionnellement de féminin n’est pas intrinsèquement mauvais (ou enfantin/stupide/superficiel). C’est parce qu’on appose l’étiquette féminin à une chose qu’elle est ensuite perçue comme mauvaise (ou enfantine/stupide/superficielle).
Par exemple, quand je m’essaye à critiquer les représentations de meufs dans les médias, très vite c’est le serpent qui se mord la queue :
Exemple #1 : cette meuf est trop passive alors que le mec gère tout, pfff c’est trop sexiste.
Exemple #2 : cette meuf est trop control freak, encore la rengaine du care, l’image de La Mère, pfff c’est trop sexiste.
T’as remarqué comme à aucun moment, c’est la représentation du mec qui me dérange ? Non lui il est tranquille, assisté ou directif, ça roule.
C’est pas le fait d’être passif ou control freak qui m’emmerde ici (puisque quand c’est un mec qui l’est, c’est o-kay), c’est le féminin. Tout ce qui ce rapporte à une meuf devient subitement négatif.

Conclusion : Jeter sous le bus les meufs féminines et valoriser la masculinité comme émancipation, c’est de la misogynie.
Si le but de ton féminisme est de désigner celles qui sont trop-moins-féministes, trop-plus-oppressées que toi, tu ne fais pas du féminisme.
Quand tes attaques envers des meufs (sur leur nudité, leur superficialité, leur féminité) pourraient être prononcées mot pour mot par “l’autre camp”, il est temps de la fermer.
(fin de la digression pédagogique)

Réaction #1 des féministes misogynes : “Maiiiis on parle pas des fems quand on critique (insérer ici : le maquillage, l’épilation, la mode, etc.)”.
Oh tu parles pas de moi ? Oh bah roule hé cocotte, tout va bien !
C’est problématique pour 2 raisons : elles nous excluent tout bonnement du propos féministe, les lesbiennes n’existent pas – ce qui est carrément insultant (le féminisme c’est pour les vraies meufs qui ont des problèmes concrets, c’est-à-dire des meufs hétéros) en plus de ne pas résoudre le problème : de qui parlez-vous alors ? Qui est cette cruche sinon un épouvantail misogyne ? Qu’est-ce qui me sépare de cette meuf, quelles sont alors les règles à ne pas transgresser pour ne pas être cette meuf, enfantine/stupide/superficielle dont tu parles ? Y’a-t-il un cahier des charges ?

Comme tout épouvantail misogyne (le plus connu étant celui de la putain), il contraint toutes les femmes puisqu’il leur dicte à toutes une conduite respectable pour (espérer) échapper à l’insulte.

Réaction #2 : Y’a pas à chier, vous parlez de nous. Nous tombons sous le coup de l’insulte et elle sort de votre bouche. Nous, écervelées peinturlurées et incapables de nous rendre compte que nous faisons de la féminité pour les autres. Vous oubliez que notre existence ne répond aux injonctions de personne, qu’elle ne plaît à personne. As-tu vu une meuf être gouine pour faire plaisir au monde, parce que c’est ce qu’on attend d’elle ? Nous sommes malgré les autres, nous vivons-aimons-désaimons malgré les autres, et voire carrément pour faire chier. Avec insolence. Alors meuf, reviens nous donner des leçons d’indocilité.

Maintenant qu’on a retaillé le costard des détracteurs, il s’agirait de partager le plaisir avec notre communauté.
Ce qui implique qu’on soit visible. Allez bim, encore une embûche.
Des agents infiltrées avec seulement nos potes et nos meufs comme complices. Un monde souterrain carrément.
La visibilité enfin, pour danser sur les cendres d’hétéroland, et achever de leur foutre à l’envers.
La féminité peut être sacrément festive dégagée des oppressions, dégagée du regard avilissant du cis mâle. Un bon clip de pop avec personne pour venir s’inquiéter de “la dignitéeuh de l’imagean de LaFâme”. On prend les deux plaisirs à la fois : on est émetteur-récepteur de la féminité, on peut jouir sans entrave du Pays de Candy. Du gros trolling même : imagine un royaume de clichés de meufs inaccessible au male gaze. On exige pas moins que le beurre, l’argent du beurre, le cul de la crémière (si elle veut). Avoue que c’est quand même un gros kiffe ?

Enid B.

Tagué , , , , , , , , , , , , , , ,