Risque alpha

Je sais pas pourquoi, et je me sens un peu conne de dire ça alors que je ne milite/bénévole dans aucune association qui travaille là-dedans, mais j’ai l’impression que tout est so fucked up avec la prévention aujourd’hui. Et je m’inquiète pour mes copains pédés. Et je m’inquiète pour mes copines gouines. Et je m’inquiète pour mes copains et copines trans.

Une fois, S. est arrivé en retard en cours. Ce n’était pas son habitude. A la pause, il m’a dit quelque chose comme : « Désolé, j’étais avec un copain à l’hôpital cette nuit. J’étais inquiet. Il fallait que je l’aide. Je l’ai amené là-bas et je suis resté avec lui. » Et j’ai su ce que ça voulait dire. S. s’est fait beaucoup de souci pour son ami pendant plusieurs semaines. Analyses, TPE¹, analyses. Et puis un jour, « il n’a rien ». Et la vie de S. a continué.

Je ne compte plus les fois où les filles qui se sont retrouvées, par un heureux hasard, dans mon lit, m’ont dit qu’elles n’avaient « jamais fait de test » (en fait, si, je peux les compter, mais disons que c’est arrivé souvent). Qui ont été surprises que j’aie, tout près de mon lit, des gants et de quoi faire une digue dentaire. Je ne suis pas un modèle, hein, loin de là. J’ai pris des risques, je prends des risques. Je rationalise comme je peux, j’évite certaines pratiques, je fais des petits arrangements avec moi-même et ma santé. Je pose les limites qui sont les miennes, et je les accorde au mieux avec celles de ma partenaire. Pour certaines, mes limites sont un high standard. Pour d’autres non. C’est comme ça.

Cachez ce virus que je ne saurais voir

On se réjouit de l’ouverture du mariage et de l’adoption à tous les couples. On se réjouit de ce rapport rendu par Olivier Veran qui préconise l’ouverture du don du sang aux HSH², dans les mêmes conditions que tout le monde. C’est bien.
Mais si l’on rappelle que le VIH, l’hépatite C, l’hépatite A, les gonocoques, les chlamydiae, les morpions, et autres joyeusetés existent, que la prévalence du VIH chez les HSH et les femmes trans n’a pas vraiment de quoi nous rendre fières, que le comportement des lesbiennes quant à leur santé sexuelle non plus, c’est au mieux « rabat-joie », au pire « stigmatisant ». Il n’y a qu’à lire les commentaires du moindre article sur le sida dans la presse communautaire pour s’en rendre compte (l’exemple le plus récent concerne une recommandation de vaccination contre la méningite destinée aux gays)

Des bénévoles de Prends-moi étaient un peu partout à la gay pride (y compris en province), distribuant des livrets, des autocollants à qui en voulaient. Combien de participants à la marche des fiertés ont eu la curiosité d’aller voir qu’il s’agissait de prévention ?
Barbieturix a publié récemment (puis retiré) un article d’une sage-femme, qui disait que ce n’était pas très grave de ne pas aller chez le gynéco (même si c’était mieux quand même), qu’un frottis n’est pas nécessaire, après tout, le rapport bénéfice/risque n’est pas vraiment satisfaisant. J’entends l’argument, mais quel est l’effet de ce discours sur une population à risque qui va beaucoup moins chez le gynéco que des femmes cis hétéros (moi la première) ? Que gagne-t-on à maintenir l’idée qu’un gynéco, c’est tout juste bon à faire un frottis et une palpation des seins ?

J’ai envie que tu vives !

On vient à peine d’abolir un des privilèges hétérosexuels — celui de voir son couple et ses enfants protégés par l’institution du mariage — et personne n’a envie d’être un pisse-froid. Mais ce n’est pas fini, loin de là. Et quoiqu’en pensent certains, la communauté est essentielle. C’est une communauté de lutte.

J’ai peur, parce que ces derniers mois ont été particulièrement éprouvants pour tous les transpédégouines, et on sait que lorsque l’estime de soi est mise à mal, les comportements à risque se multiplient. L’homophobie tue, parce qu’elle nous fragilise dans nos têtes et dans nos corps. J’espère vraiment que les prochains chiffres sur l’incidence du VIH seront bons. En attendant, et parce que je ne sais pas quoi faire de mieux, prenez soin de vous les copines. Vous êtes belles.

– Gigi

Quelques liens utiles (liste non exhaustive) :

– pour les gays : le site Prends-moi
– pour les lesbiennes : le site du CRIPS et la brochure Tomber la culotte
– pour les trans : la brochure Dicklit et T claques (pour les FT*) et la brochure Santé sexuelle et produits psychoactifs

1. traitement post-exposition : voir notamment http://www.actupparis.org/article3030.html
2. hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes

Advertisements
Tagué , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :