On ne se laissera pas voler la rue.

Les débats sur le mariage sont terminés. On serait tenté de croire que les LGBT vont pouvoir respirer après ces mois intenses où même les représentantEs de la République se sont laissée aller à un discours ouvertement LGBTphobe. Cela serait croire que cette visibilité soudaine n’a eu aucune conséquence.

Ce débat nous a marqué comme il a marqué nos aînéEs lors des heures les plus sombres du PACS. Je suis moi-même passée par plusieurs réactions, les principales étant la colère et la peur.

La peur qui se traduit par un état complètement paranoïaque lorsque je suis dans la rue: Est-ce que cette personne est potentiellement homophobe? Est-ce qu’elle va m’agresser? Est-ce que ça se voit que je suis gouine?

Toutes ces questions me hantent et se traduisent par une tension dans tous les membres de mon corps. Cela fait plus d’une semaine que je suis dans un état de faiblesse entre maux de tête et insomnies. Ce sentiment est d’autant plus fort que je m’inquiète pour mes proches. J’ai peur pour eux et elles autant que j’ai peur pour moi. Je les vois craquer les unEs après les autres, abattuEs par cette tension, obligéEs de mettre en place différentes stratégies pour se protéger.

La colère, c’est une autre affaire. J’ai plusieurs raisons d’être en colère ces derniers temps.

La colère contre le gouvernement et ses trahisons à répétitions. La « liberté de conscience », l’abandon de la PMA, le droit des Trans’ remis aux calendes grecques. Dire qu’on souhaite les remercier. Merci de quoi? D’être des pleutres?

A part Taubira et Bertinotti, qui était là pour monter aux créneaux dans ce gouvernement? (En ce qui concerne le sujet du mariage, hein. Elles ont été les premières à enterrer la PMA).

Et l’Inter-LGTeubé, à part faire des communiqués de presse, elle a fait quoi pour nous défendre et condamner les paroles LGBTphobes?

Petit scoop en passant: l’égalité des droits pour TouTEs (pour les gouines, les trans’, les séropos, les prostituéEs, les sans-pap) ne passera pas par la soumission au gouvernement.

J’éprouve une rage contre ces partis politiques qui ont utilisé cette lutte pour faire passer l’ANI en trois semaines dans le plus grand silence médiatique (8 mois pour le mariage).

On n’oubliera pas.

La colère contre l’indifférence de mes proches. Les fameux hétéros-solidaires qui n’ont pas jugés bon de m’accompagner en manifs. Ma mère qui s’en foutait de ce débat sans voir le mal que ça me faisait jour après jour. Tous ces potes qui ont réalisé qu’effectivement, la société était « peut-être » homophobe le jour où y’a eu une agression dans un bar lillois.

Sauf que des agressions, il y en a eu, il y en a et il y en aura encore de beaucoup  plus violentes qui n’auront pas la possibilité de faire la une des médias.

A les entendre, les actes LGTphobes ne sont que l’œuvre d’une dizaine d’excités aux crânes rasés. Les membres de la « manif pour tous » ou du « printemps français » n’ont pas de crânes rasés pourtant. Je les déteste de s’être réapproprié nos moyens d’expressions. Ces personnes se visibilisent juste pour garder leurs privilèges. A cause d’eux, on en vient à éviter certains quartiers par peur de se faire insulter et/ou frapper.

Cette violence psychologique existe et  elle ne réside pas dans le simple fait de se faire éclater la gueule sur le macadam.

J’ai été en colère contre ma meuf qui ne voulait pas que je rentre seule, un jour de manif des fachos, parce que visible avec ma tête de gouine à crête. Je ne suis pas une chose fragile, j’ai le droit d’être dans la rue. Je prends le risque de me faire agresser, sinon je ne sors plus, paralysée par la peur.

Je ressens de la colère contre moi-même. Contre ces sentiments que je ne contrôle pas. Contre cette solitude. De la colère parce que mon cerveau est en chantier et que  je ne pourrais pas exprimer toutes mes inquiétudes dans un seul texte.

Je me suis confiée, il y a quelques jours lors d’un débat sur les LGBTphobies. L’intitulé était « Réplique ! « .

Le terme « répliquer » n’a jamais pris autant de sens qu’aujourd’hui. Comment faire pour répliquer face à tous ces fachos qui ne se cachent plus ?

Après deux heures de témoignages intenses, on en est venu à chercher des solutions. Individuellement, nous ne pouvons pas répliquer face au risque de se faire tabasser, voir pire.

Notre force, elle se trouve dans la communauté, dans la force du nombre. Cette communauté qui si elle a des défauts, reste le dernier rempart face à la violence de cette société.

Il ne faut pas laisser retomber la visibilité comme un soufflet. Nous devons l’utiliser à notre avantage. Mariage ou pas, nous sommes là et nous n’avons pas à nous cacher. Nous ne devons pas nous retrouver qu’une fois par an pour finir par retourner dans notre placard hétérocrate à la fin de la journée. Nous ne devons plus avoir honte de nous même.

Nous devons utiliser cette colère pour nos combats. Car pour les droits des Trans, nous serons là. Pour les droits des sans-pap’, nous serons là. Pour les droits des prostituéEs, nous serons là. Pour les droits des séropos, nous serons là.

La lutte n’est pas terminée. Nous ne nous laisserons pas voler la rue.

Advertisements
Tagué , , , , , , , , , , , ,

4 réflexions sur “On ne se laissera pas voler la rue.

  1. Biaise dit :

    Ne pas céder à la peur, c’est ce qui importe aujourd’hui.
    Tellement facile pour les autres de dire «t’a qu’à pas aller dans tel endroit, sortir à telle heure, porter tel vêtement ou telle coiffure»
    Tellement facile de s’asseoir sur la liberté quand il s’agit de celle des autres.

  2. Yasmilady dit :

    On ne devrait sûrement pas avoir peur en 2013 de sortir dans la rue de peur de se faire aggressé(e) par des fachos qui ne tolèrent pas la différence. Jamais.

  3. Mélanie dit :

    Et pour les femmes !

  4. Anto dit :

    Très touché par ton texte. J’ai un proche homo, et je ne sais jamais à quel degré ce qu’il se passe le blesse. On parle souvent y compris de « l’atmosphère » ms quand bien même. J’aimerais qu’un jour, les manifestations qu’on a vu ne soit plus acceptées et acceptables en France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :